Aller au contenu principal
#Publics fragiles

L’Assurance Maladie et les Allocations Familiales se mobilisent pour les sans-domicile

#4 #53 #5 #France entière

Dans le cadre de la lutte contre la crise sanitaire, les pouvoirs publics ont mis en place des hébergements provisoires, par exemple dans des gymnases ou dans des structures hôtelières. Pour l’Assurance Maladie et pour les Allocations Familiales, c’était l’occasion d’aller à la rencontre de publics fragiles pour favoriser leur accès aux droits et leur accès aux soins. Résumé en 3 questions. test

Article publié le 03/09/2020

Pourquoi ?

La délégation interministérielle à la prévention et à la lutte contre la pauvreté a sollicité les branches Maladie et Famille pour qu’elles proposent un accompagnement en matière d’accès aux droits et aux soins à ces populations en grande précarité, conformément à la Stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté et les exclusions. L’objectif était de déployer une démarche « d’aller vers » auprès de ces publics habituellement si difficiles à capter et aux profils variés : des familles avec ou sans papiers, des travailleurs pauvres, des personnes isolées avec ou sans papiers, des personnes souffrant de dépendance toxicologique, de troubles psychologiques ou encore des personnes malades en défaut de soins.

Comment ?

Une centaine d’équipes  associant un représentant de la CPAM et un représentant de la CAF ont ainsi été constituées.  Plus de 500 structures d’hébergement temporaires ont été sollicitées pour proposer leurs services. Au total, ce sont plus de 1 500 personnes à avoir bénéficié d’une rencontre et plus largement plus de 2 400 contacts ont donné lieu à une action (ouverture de droits, changement de situation, suivi de prestation, accompagnement aux soins, etc.). Les organismes ont pu proposer un dispositif adapté aux ressources disponibles, aux modalités d’accueil présentes sur le territoire et aux populations hébergées pour faire le point sur leur situation familiale et professionnelle et sur leurs conditions d’accès aux droits et aux soins. Par ailleurs, et selon le contexte local, des accompagnements à la réalisation des démarches en ligne ou encore des orientations vers les centres d’examen de santé (CES) de l’Assurance Maladie afin de bénéficier d’un examen de prévention de santé (EPS) ont pu être également réalisés. Cette opération, menée dans le contexte de l’épidémie de Covid-19, a aussi été l’occasion pour certains organismes de mettre en place des campagnes de tests virologiques (RT-PCR), en lien avec les agences régionales de santé.

Et après ?

La mise en place de cette action a également permis de renforcer localement le partenariat et le dialogue avec les acteurs sociaux du territoire et de préciser leurs attentes. Au regard de l’intérêt manifesté et des résultats de cette première initiative, des réflexions vont être engagées dès le mois d’octobre pour évaluer la possibilité d’inscrire cette démarche partenariale dans la durée et construire ses modalités de mises en œuvre.

 

Ceci pourrait également vous intéresser